Archives de catégorie : visioconférence

activité.

Visioconférence, jeudi le 11 avril 2024 (rappel)

« Du déni de l’âme à l’éthique »

11 AVRIL 2024, 18 H (PARIS)  |  EN LIGNE (LIEN À CONFIRMER), ACCÈS PUBLIC |  FR  |  PARTAGER
Pour assister à cette conférence, contactez le responsable par courriel : Jean Frayssinhes. Il se fera un plaisir de vous faire parvenir un lien.

C’est pour moi une fierté et un grand plaisir – qui, je l’espère, sera partagé entre nous – que d’être accueilli au sein de votre série de conférences organisées par le CIRET. Nous avons en commun un intérêt profond pour la transdisciplinarité.

Je souhaiterais expliquer au cours de cet échange comment le concept de la TD – que j’ai découvert il y a une quinzaine d’années – a été fécondé par ma rencontre avec une philosophie de la liberté permettant de visualiser la « lumière de la conscience ».

Ce point focal, essence de « l’âme » humaine, m’est apparu comme le moyeu autour duquel, grâce à la TD, pouvait tourner la connaissance dans son unité et dans sa diversité.

Cette philosophie radicale (de radix, racine) offre en effet un point de vue primordial, en amont de toute discipline, qui les rend chacune indispensables pour la compréhension du monde présent.

Après avoir déroulé mon propos durant une trentaine de minutes, c’est avec joie et enthousiasme que je répondrai à vos questions, dans la limite de mes connaissances.

jlml - cover
Jean-Luc Martin-Lagardette, Voir la conscience. Philosophie radicale, une science de la liberté. Préface de Florent Pasquier, Paris: L’Harmattan, 2024.

Pour suivre Jean-Luc Martin-Lagardette : Débredinoire Pour une écologie de l’esprit.

Visioconférence, jeudi le 11 avril 2024

« Du déni de l’âme à l’éthique »

11 AVRIL 2024  |  EN LIGNE (LIEN À CONFIRMER), ACCÈS PUBLIC |  FR  |  PARTAGER


Dans la foulée de son livre Voir la conscience, paru récemment chez l’Harmattan, Jean-Luc Martin-Lagardette nous invite à descendre au plus intime de nous-mêmes pour y rencontrer tangiblement cette lumière qui lui permet de voir le monde, de penser ce qu’il pense et de s’accomplir. Pour assister à cette conférence, contactez-moi par courriel : Jean Frayssinhes. Je me ferai un plaisir de vous faire parvenir un lien.

En attendant, laissons Jean-Luc nous présenter son propos :

Le bon sens nous conduit aujourd’hui à l’humilité. Nous voyons de toute évidence que ni la science ni la religion (ni aucune idéologie) ne parviennent à rassembler les êtres humains en une communauté de vues garantissant la vie harmonieuse de tous sur la Terre. Cela, parce qu’il n’y a en réalité ni science ni religion, mais DES sciences et DES religions. Nos connaissances et nos fois sont disparates et s’ignorent ou s’opposent. Face à la prolifération des moyens de destruction et en l’absence d’une régulation des hubris, une nouvelle vision du monde est indispensable si l’Humanité veut seulement survivre. Cette vision doit pouvoir s’appuyer sur un « sens de la vie » susceptible de rassembler, voire d’enthousiasmer, tous les habitants de la Planète.
Dès l’adolescence, ma préoccupation première a été de chercher ce sens dans les productions religieuses, politiques et philosophiques de tous les âges et de toutes les cultures. Et j’en suis arrivé à cette analyse : de même qu’Heidegger attribuait la détresse contemporaine à « l’oubli de l’être », je vois, dans le « déni de l’âme » ou le mépris du sujet, la clé du succès des impérialismes de toute nature, du saccage de notre environnement et du peu de puissance des velléités de Bien.
Cette ignorance de ce qui fait à la fois la caractéristique essentielle de notre espèce et du joyau que constitue chaque individu dans son caractère unique, cette ignorance habite l’immense majorité d’entre nous. Elle a pour origine notre cécité par rapport à ce qui nous sert à construire nos connaissances : notre conscience.
Nous méconnaissons notre propre voir ! De ce fait, nous nous coupons sottement de ce qui constitue l’essentiel de notre être en devenir : l’Esprit.
Ma réflexion aboutit à ce constat : par delà tout savoir, c’est à moi, c’est à chacun de nous d’assigner (ou non) une finalité au monde. L’Univers n’a d’autre sens que celui de permettre à l’Homme de lui en donner un.
Et ce sens, une fois cette intuition spirituelle effectuée, sera, si nous le voulons ensemble, profitable à tous, étant l’Universel individualisé.
L’éthique devient ainsi l’enjeu essentiel de la transformation des personnes et de nos sociétés dans leur intérêt bien compris. Elle ne doit plus être seulement la cerise sur le gâteau, la part congrue consacrée à l’affichage des valeurs, mais la flamme devant animer chacun de nos actes pour favoriser, dans le respect de l’environnement, à la fois l’entretien et la multiplication de la vie, l’épanouissement de l’individu et la concorde sociale.

— Jean-Luc Martin-Lagardette
Jean-Luc Martin-Lagardette, Voir la conscience. Philosophie radicale, une science de la liberté. Préface de Florent Pasquier, Paris: L’Harmattan, 2024.