Archives de catégorie : activité

activité

Florent Pasquier à Montréal

22 MAI 2024, 18 H 30 (MONTRÉAL)  |  EN PRÉSENCE, ACCÈS MEMBRES  |  FR

(Mise à jour, le 2024-05-28.) Le président du CIRET s’est rendu à Montréal du 17 au 25 mai 2024. Dans le cadre du colloque sur les « Droits et résistances numériques en contexte francophone », qui s’est tenu à l’UQÀM du 21 au 24 mai, il a participé à une table-ronde sur les « tactiques et stratégies de résilience numérique : comment créer des alternatives aux plateformes dominantes? », en abordant ces questions d’un point de vue transdisciplinaire. Pendant son séjour, des membres du CIRET du Québec se sont rencontrés. Des rencontres plus informelles ont également eu lieu. De nouveaux évènements de ce type sont programmés pour mai 2025, toujours à Montréal. Les intéressés.ées peuvent contacter Mirella Tarmure Vadean.

Interview de Mirella Tarmure Vadean

À propos de l’intelligence articificielle et de la médiation humaine

2024-04-19 | INTERVIEW EN LIGNE | RO | PARTAGER ACȚIUNE

À la suite de la publication des actes du symposium Artificial Intelligence and Human Mediation, Mirella Tarmure Vadean, membre du CIRET et une des auteures de ce livre, a accordé une interview au journal bimensuel en ligne Accent Montréal qui s’adresse à la communauté roumaine de Montréal et de ses environs.

Lors du symposium, des chercheurs et chercheuses de différents horizons ont examiné équilibre entre les deux modèles d’intelligence, artificielle et humaine, dans la perspective de l’évolution rapide de l’intelligence artificielle, en soulignant, entre autres choses, les modèles éthiques dans lesquels ce sujet doit être abordé pour que l’IA n’évolue pas au détriment de l’intelligence humaine naturelle. La contribution de la professeure Tarmure Vadean portait sur « Future Intelligences: Human and/or Artificial? A transdisciplinary perspective ».

On peut lire son interview dans la section « Entretiens » du journal Accent Montréal.

Visioconférence, jeudi le 11 avril 2024 (rappel)

« Du déni de l’âme à l’éthique »

11 AVRIL 2024, 18 H (PARIS)  |  EN LIGNE (LIEN À CONFIRMER), ACCÈS PUBLIC |  FR  |  PARTAGER
Pour assister à cette conférence, contactez le responsable par courriel : Jean Frayssinhes. Il se fera un plaisir de vous faire parvenir un lien.

C’est pour moi une fierté et un grand plaisir – qui, je l’espère, sera partagé entre nous – que d’être accueilli au sein de votre série de conférences organisées par le CIRET. Nous avons en commun un intérêt profond pour la transdisciplinarité.

Je souhaiterais expliquer au cours de cet échange comment le concept de la TD – que j’ai découvert il y a une quinzaine d’années – a été fécondé par ma rencontre avec une philosophie de la liberté permettant de visualiser la « lumière de la conscience ».

Ce point focal, essence de « l’âme » humaine, m’est apparu comme le moyeu autour duquel, grâce à la TD, pouvait tourner la connaissance dans son unité et dans sa diversité.

Cette philosophie radicale (de radix, racine) offre en effet un point de vue primordial, en amont de toute discipline, qui les rend chacune indispensables pour la compréhension du monde présent.

Après avoir déroulé mon propos durant une trentaine de minutes, c’est avec joie et enthousiasme que je répondrai à vos questions, dans la limite de mes connaissances.

jlml - cover
Jean-Luc Martin-Lagardette, Voir la conscience. Philosophie radicale, une science de la liberté. Préface de Florent Pasquier, Paris: L’Harmattan, 2024.

Pour suivre Jean-Luc Martin-Lagardette : Débredinoire Pour une écologie de l’esprit.

Pour une chaire transdisciplinaire internationale

21-25 MARS 2024  |  SYMPOSIUM EN LIGNE  |  EN
ENGLISH FOLLOWS | EM PORTUGUÊS ABAIXO | EN ESPAÑOL A CONTINUACIÓN

Retour sur un symposium réussi

Prouvons que le chaos est navigable…

Victor Hugo, Actes et Paroles – II

Lorsque Homère démarre son immortelle Iliade, il nous souffle : « tout commença par un jour de violence »[1]. Nous pourrions ajouter par un jour de colère, cette colère qui va porter toute l’épopée du poète, cette émotion rouge et forte qui fait les grands textes. Et que nous ne savons plus que refouler, contrôler, censurer, rouge difficile à étaler sur nos palettes contemporaines. Or cette inaptitude à accueillir les failles humaines non intentionnelles, les penser, les canaliser dans l’art d’une façon jubilatoire, parfois, magistrale dans le cas d’Homère, nous pousse vers une pente glissante que Hubert Landier désignera comme le fit Lyotard, celle de « l’Inhumanité ».

 En effet nous voulons de plus en plus résoudre nos problèmes d’hommes et de femmes comme l’on répare des machines, de façon binaire : cela fonctionne ou cela ne fonctionne pas ; c’est bon ou mauvais, juste ou injuste, vrai ou faux. Nous voilà, pour plagier Baudelaire, empêtrés dans nos ailes de géant et privés de l’envol. Albatros maladroits nous ne sommes pas faits pour un monde plat mais pour les envols solitaires et lointains… Enfermés dans le système 0 ou 1, nos bugs gommés comme des faux pas, sans tendresse, sans souci des causes, nous risquons de nous perdre dans les rouages des machines que nous avons habilement créé.

Nos Bugs, nos attitudes non intentionnelles qui nous font dériver mais aussi découvrir, ont une histoire, renvoient à une mémoire qu’il est dangereux d’oblitérer : surtout lorsque les erreurs se répètent, il faut alors observer leurs répétitions, se souvenir de ce qui les provoque en étudiant leur narratif et ainsi découvrir l’origine du problème.

Nous pénétrons donc dans une zone grise, une zone terriblement humaine, objet de nos passionnants dialogues au CIRET, la place de la conscience du non intentionnel, zone floue ou l’un échange sa place avec l’autre, ou ce ne sont plus a et b qui s’expriment, mais parfois ni a ni b,  échappés de la cage de leur positions rigides, belliqueuses, grâce un tiers médiateur qui leur propose une issue, un au-delà de a et b, vers un non savoir commun qui permet les découvertes ou les retrouvailles.

Ce  Symposium encourage et l’un et l’autre à muter grâce aux médiations savamment orchestrées vers des positions possibles, tenables, qui nous gardent en vie. « Aussi immenses soient elles, les richesses que Troie cache derrière ses murs ne valent pas la vie ».[2]  Ainsi vous trouverez dans ce Symposium une porte ouverte et une lumière allumée pour l’avenir, porte que nous ne fermerons pas, lumière que nous n’éteindrons pas en quittant la scène, car nous sommes l’un et l’autre convaincus que la médiation peut pour nous tous : mieux que les codes de nos machines… Nous vous invitons à vous asseoir, à penser là où nous avons pensé, à retrouver votre mémoire humaine, unique, inaliénable, irréductible à toute définition, à comprendre la cause de ses trous et soigner les morsures de trop longs conflits déjà traversés ensemble. Alors, par un jour de tendresse, tout recommencera.


[1]  Alessandro Baricco dans Homère, Iliade, Albin Michel, 2006, pour la traduction, p.17

[2]  Homère, op.cit., p.98

Why a Transdisciplinary Chair?

 

“Let us prove that chaos is navigable…”
Victor Hugo, Acts and Words – II

When Homer began his immortal Iliad, he whispered: “It all began with a day of violence”, we might add with a day of anger, the anger that would carry the poet’s entire epic, the strong, red emotion that makes for great texts. And that we now only know how to repress, control, and censor, a red that’s hard to display on our contemporary palettes. This inability to embrace unintentional human failings, to think about them, to channel them into art in a jubilant, sometimes masterly way (in the case of Homer), is pushing us down a slippery slope that Hubert Landier, like Lyotard, would call “Inhumanity”.

Increasingly, we want to solve our problems as men and women. As we fix machines, in a binary way: it works or it doesn’t: it’s good or bad, fair or unfair, true or false. Here we are, to plagiarize Baudelaire, entangled in our giant wings and deprived of flight. Albatross Clumsy, we’re not made for a flat world, but for solitary high flight. Locked in the 0 or 1 system, our bugs erased like missteps, Without tenderness, without concern for causes, we risk losing ourselves in the cogs of the machines we’ve skillfully created.

Our Bugs, our unintentional attitudes that cause us to drift but also to discover, They have a history, a memory that it’s dangerous to obliterate: especially when mistakes are repeated, we need to observe their repetitions, remember what provokes them by studying their narrative, and thus discover the origin of the problem.

We’re now entering a GRAY ZONE, a terrific human area, the subject of our fascinating dialogues with Hubert Landier, the place of awareness of the unintentional, a fuzzy zone where one swaps places with the other, where it’s no longer a and b who express themselves, but sometimes neither a nor b, escaping from the cage of their rigid, belligerent positions, thanks to a mediating third party who offers them a way out, beyond a and b, towards a shared non-knowledge that enables discoveries or reunions. This Symposium encourages both to mutate, thanks to skillfully orchestrated mediations, towards possible, tenable positions that keep us alive. “Immense as they may be, the riches that Troy hides behind its walls are not worth a human life”.

In this beautiful meeting, you’ll find an open door and a light for the future, a door we won’t close, a light we won’t extinguish when we leave the stage because we’re all convinced that mediation can do more for all of us than the codes of our machines… We invite you to sit down, to think where we’ve thought, to rediscover your human memory, unique, inalienable, irreducible to any definition, to understand the cause of our its holes and to heal the bites of too many conflicts we’ve already been through together. Then, on a tender day, everything will begin anew.

Para uma Catedra Transdisciplinar

 

“Vamos provar que o caos é navegável….”
Victor Hugo, Atos e Palavras – II

Quando Homero começou sua imortal Ilíada, ele sussurrou: “Tudo começou com um dia de violência”, poderíamos acrescentar com um dia de Ira, a ira que carregaria toda a epopeia do poeta, a emoção forte e vermelha que produz grandes textos. E que agora só sabemos reprimir, controlar e censurar, um vermelho que é difícil de exibir em nossas paletas contemporâneas. Essa incapacidade de aceitar as falhas humanas não intencionais, de pensar sobre elas, de canalizá-las para a arte de forma jubilosa, às vezes magistral (no caso de Homero), está nos empurrando para uma ladeira escorregadia que Hubert Landier, como Lyotard, chamaria de ” Inumano”.

Cada vez mais, queremos resolver nossos problemas como homens e mulheres como consertamos máquinas, de forma binária: funciona ou não funciona: é bom ou ruim, justo ou injusto, verdadeiro ou falso. Aqui estamos nós, para plagiar Baudelaire, enredados em nossas asas gigantes e privados de voar. Albatrozes Desajeitados, não fomos feitos para um mundo plano, mas para o voo solitário e altivo. Presos no sistema 0 ou 1, nossos erros são apagados como erros de percurso, sem ternura, sem preocupação com as causas, corremos o risco de nos perder nas engrenagens das máquinas que habilmente criamos.

Nossos Bugs, nossas atitudes não intencionais que nos levam a nos desviar, mas também a descobrir, têm uma história, uma memória que é perigoso obliterar: especialmente quando os erros se repetem, precisamos observar suas repetições, lembrar o que os provoca estudando sua narrativa e, assim, descobrir a origem do problema.

Hoje estamos adentrando uma zona cinza, uma área humana fantástica, o assunto de nossos fascinantes diálogos com Hubert Landier, o lugar da consciência do não intencional, uma zona fuzzy onde um troca de lugar com o outro, onde não é mais a e b que se expressam, mas às vezes nem a nem b, escapando da gaiola de suas posições rígidas e beligerantes, graças a um terceiro mediador que lhes oferece uma saída, além de a e b, em direção a um não conhecimento compartilhado que permite descobertas ou reencontros. Esse Simpósio incentiva ambos a viverem mutações, graças a mediações habilmente orquestradas, em direção a posições possíveis e sustentáveis que nos mantêm vivos. “Por mais imensas que sejam, as riquezas que Troia esconde atrás de seus muros não valem uma vida humana”.

Nesta bela reunião, você encontrará uma porta aberta e uma luz acesa para o futuro, uma porta que não fecharemos, uma luz que não apagaremos quando sairmos de cena, porque estamos todos convencidos de que a mediação pode fazer mais por todos nós do que os códigos binários de nossas máquinas… Nós o convidamos a sentar-se, a pensar onde nós pensamos, a redescobrir sua memória humana, única, inalienável, irredutível a qualquer definição, a entender a causa de nossos buracos e a curar as mordidas de muitos conflitos pelos quais já passamos juntos. Então, em um dia apaziguado, tudo começará de novo.

Presentación TD Chair

 

“Demostremos que el caos es navegable….”
Victor Hugo, Actas y palabras – II

Cuando Homero comenzó su inmortal Ilíada, musitó: “Todo comenzó con un día de violencia”, podríamos añadir con un día de ira, la ira que contiene toda la epopeya del poeta, la poderosa incandescente emoción que hace grandes los textos; y que ahora solo sabemos cómo reprimir, controlar y censurar, un rojo incandescente difícil de mostrar en nuestras paletas contemporáneas. Esta incapacidad para abrazar generosamente los errores humanos, para pensar en ellos, para canalizarlos hacia el arte de una manera jubilosa, a veces magistral (en el caso de Homero), nos está empujando por una pendiente resbaladiza que Hubert Landier, como Lyotard, llamarían “inhumanidad”.

Cada vez más estamos deseando resolver nuestros problemas como hombres y mujeres. Pero, así como arreglamos máquinas de forma binaria y decimos: “funciona o no, es bueno o malo, justo o injusto, verdadero o falso”, así mismo estamos -para plagiar a Baudelaire- enredados en nuestras alas gigantes y privados de vuelo. Somos Albatros Torpes, no estamos hechos para un mundo plano, sino para un vuelo solitario y elevado. Bloqueados en el sistema digital, borramos nuestros errores como pasos en falso, sin cuidado, sin preocupación por las causas y así, corremos el riesgo de perdernos en los engranajes de las máquinas que hemos creado hábilmente.

Nuestros errores, nuestras actitudes involuntarias nos ponen a la deriva, pero también nos descubren que tienen una historia, un recuerdo que es peligroso borrar: sobre todo para no repetirlos. Hay que estar atentos a sus repeticiones, tener presente lo que los provoca al estudiar su relato y, así, descubrir el origen del problema.

Ahora estamos entrando en una zona gris, un área humana fabulosa, el tema de nuestros fascinantes diálogos con Hubert Landier, el lugar de la conciencia de lo no intencional e involuntario, una zona difusa donde uno intercambia lugares con el otro, donde ya no es “a y b” que se expresan, sino a veces “ni a ni b”, escapando de la jaula de sus posiciones rígidas y beligerantes, gracias a un tercero mediador que les ofrece una salida más allá de “a y b”, hacia un no-conocimiento compartido que permite descubrimientos o encuentros. Este Simposio nos alienta a mutar, gracias a mediaciones hábilmente orquestadas, hacia posiciones posibles y sostenibles que nos mantengan vivos. “Por inmensas que sean, las riquezas que Troya esconde tras sus muros no valen una vida humana”.

En esta hermosa reunión, encontraremos una puerta abierta y una luz para el futuro, una puerta que no cerraremos, una luz que no apagaremos cuando salgamos del escenario, porque todos estamos convencidos de que la mediación puede hacer más por todos nosotros que los códigos de nuestras máquinas… Te invitamos a participar, a pensar en lo que hemos pensado, a redescubrir tu memoria humana, única, inalienable, irreductible a cualquier definición, a entender la causa de nuestros vacíos y para curar las heridas de tantos conflictos que ya hemos pasado juntos. Así, en un lozano día, todo comenzará de nuevo.

.

Proceedings of the CIRET symposium

Artificial Intelligence and Human Mediation

NOVEMBER 21-22, 2023  |  ONLINE SYMPOSIUM |  EN  |  SHARE

The proceedings of the CIRET symposium held November 21-22, 2023 on “Artificial intelligence and Human Mediation” can now be downloaded from the Atlas Publishing (Academy of Transdisciplinary Learning & Advanced Studies) website.

Download AI-book.pdf (13.5 Mb). These proceedings are published under Creative Commons license in the peer-reviewed journal Transdisciplinary Journal of Engineering & Science (TJES), ISSN 1949-0569.

As a reminder, the CIRET has created the research group AI, Economy, and Human Mediation, inspired by Hubert Landier, to highlight the need for ethical dialogue in the age of digital technology and binary logic.

For more information about the symposium, go to the Past Activities page.

Visioconférence, jeudi le 11 avril 2024

« Du déni de l’âme à l’éthique »

11 AVRIL 2024  |  EN LIGNE (LIEN À CONFIRMER), ACCÈS PUBLIC |  FR  |  PARTAGER


Dans la foulée de son livre Voir la conscience, paru récemment chez l’Harmattan, Jean-Luc Martin-Lagardette nous invite à descendre au plus intime de nous-mêmes pour y rencontrer tangiblement cette lumière qui lui permet de voir le monde, de penser ce qu’il pense et de s’accomplir. Pour assister à cette conférence, contactez-moi par courriel : Jean Frayssinhes. Je me ferai un plaisir de vous faire parvenir un lien.

En attendant, laissons Jean-Luc nous présenter son propos :

Le bon sens nous conduit aujourd’hui à l’humilité. Nous voyons de toute évidence que ni la science ni la religion (ni aucune idéologie) ne parviennent à rassembler les êtres humains en une communauté de vues garantissant la vie harmonieuse de tous sur la Terre. Cela, parce qu’il n’y a en réalité ni science ni religion, mais DES sciences et DES religions. Nos connaissances et nos fois sont disparates et s’ignorent ou s’opposent. Face à la prolifération des moyens de destruction et en l’absence d’une régulation des hubris, une nouvelle vision du monde est indispensable si l’Humanité veut seulement survivre. Cette vision doit pouvoir s’appuyer sur un « sens de la vie » susceptible de rassembler, voire d’enthousiasmer, tous les habitants de la Planète.
Dès l’adolescence, ma préoccupation première a été de chercher ce sens dans les productions religieuses, politiques et philosophiques de tous les âges et de toutes les cultures. Et j’en suis arrivé à cette analyse : de même qu’Heidegger attribuait la détresse contemporaine à « l’oubli de l’être », je vois, dans le « déni de l’âme » ou le mépris du sujet, la clé du succès des impérialismes de toute nature, du saccage de notre environnement et du peu de puissance des velléités de Bien.
Cette ignorance de ce qui fait à la fois la caractéristique essentielle de notre espèce et du joyau que constitue chaque individu dans son caractère unique, cette ignorance habite l’immense majorité d’entre nous. Elle a pour origine notre cécité par rapport à ce qui nous sert à construire nos connaissances : notre conscience.
Nous méconnaissons notre propre voir ! De ce fait, nous nous coupons sottement de ce qui constitue l’essentiel de notre être en devenir : l’Esprit.
Ma réflexion aboutit à ce constat : par delà tout savoir, c’est à moi, c’est à chacun de nous d’assigner (ou non) une finalité au monde. L’Univers n’a d’autre sens que celui de permettre à l’Homme de lui en donner un.
Et ce sens, une fois cette intuition spirituelle effectuée, sera, si nous le voulons ensemble, profitable à tous, étant l’Universel individualisé.
L’éthique devient ainsi l’enjeu essentiel de la transformation des personnes et de nos sociétés dans leur intérêt bien compris. Elle ne doit plus être seulement la cerise sur le gâteau, la part congrue consacrée à l’affichage des valeurs, mais la flamme devant animer chacun de nos actes pour favoriser, dans le respect de l’environnement, à la fois l’entretien et la multiplication de la vie, l’épanouissement de l’individu et la concorde sociale.

— Jean-Luc Martin-Lagardette
Jean-Luc Martin-Lagardette, Voir la conscience. Philosophie radicale, une science de la liberté. Préface de Florent Pasquier, Paris: L’Harmattan, 2024.